Figaro MadameFigaro Madame, « spécial beauté ». La couverture du magazine annonce La Force du Naturel. L’article correspondant parle d’une beauté « presque surnaturelle » et conclut avec les concepts de « déesse moderne de la beauté » et de « figure quasi divine » Que devons nous y lire ? Qu’il y a un au-delà de la nature, d’essence divine, et que la beauté naturelle en est la manifestation sensible? Que la beauté moderne n’en a toujours pas fini avec le divin ? Pas d’immanence de la beauté naturelle ? Ou est ce simplement une espèce de collage, le résultat d’une d’écriture automatique par laquelle les concepts viendraient se télescoper sans état d’âme ?